أنشطة وأخبار

La nudité… entre religion et athéisme

30/01/2018

Nombre de vues : 302


La nudité… entre religion et athéisme

-Retour sur les aspects jurisprudentiels, historiques, littéraires et sociologiques-

Hammad Kabbadj 

Nombreux sont les partisans de l’athéisme qui essaient de donner à l’idéologie athée une apparence scientifique : ils adoptent certaines théories qui, selon eux, les aideront à confirmer la divergence entre les valeurs religieuses et les vérités scientifiques. Ainsi, des recherches et études sont financées afin de contrer la religion et l’éthique.

Toutes ces théories prennent pour sources :

1- La théorie de l’origine des espèces, développée par Charles Robert Darwin.

2- La théorie de Karl Marx sur l’économie et le rapport de l’homme à l’argent.

3- Sigmund Shlomo Freud et sa théorie des pulsions et du comportement sexuel de l’être humain. Cette théorie semble avoir contribué à propager ce que l’on pourrait appeler « la théorie scientifique sur la  philosophie de la nudité ».

L’une des fantasmagories qu’ont pu produire de telles théories est que les premiers Hommes étaient ignorants au point d’être intellectuellement proche de l’animal : nus et au comportement sauvage!

Les “médias” ont œuvré à promouvoir cette perception, et les”recherches et d’études” ont tenté de prouver ces théories et y apporter des preuves.

Et si nous ne trouvons pas de bases scientifiques solides prouvant ces thèses telles la théorie de l’origine des espèces et ducomportement humain, nous avons le Coran comme référence qui réfute ces théories et les considère comme des convictionsdénuées de preuves.

Allah Tout-Puissant a dit, en montrant que les théories athées relatives à la création et à l’origine des êtres crées ne sont basées sur aucune donnée objective: {Je ne les ai pas pris comme témoins de la création des cieux et de la terre, ni de la création de leur propre personne. Et Je n’ai pas pris comme aide ceux qui égarent} [Al-Kahf 51]

Le Tout-Puissant a dit également; indiquant leur manque de connaissances et le fait qu’ils ne suivent que leurs illusions et leurs égarements: {Et ils dirent: «Il n’y a pour nous que la vie d’ici-bas: nous mourons et nous vivons et seul le temps nous fait périr». Ils n’ont de cela aucune connaissance: ils ne font qu’émettre des conjectures} [Al-Jathiyah 24]

Allah dit en montrant que le premier être humain était conscient et doté d’intelligence et instruit : {Et Il apprit à Adam tous les noms (de toutes choses), puis Il les présenta aux Anges et dit: «Informez-Moi des noms de ceux-là, si vous êtes véridiques!» (Dans votre prétention que vous êtes plus méritants qu’Adam). – Ils dirent: «Gloire à Toi! Nous n’avons de savoir que ce que Tu nous a appris. Certes c’est Toi l’Omniscient, le Sage». Il dit: «O Adam, informe les de ces noms»} [Al-Baqarah 31-33]

Le Tout-Puissant a dit qu’il a créé l’Homme avec dignité : {Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures.[Al-Israa 70]

Le Tout-Puissant a dit que le premier être humain était vêtu comme cela était prescrit (le vêtement indispensable et l’autre complémentaire): {O enfants d’Adam! Nous avons fait descendre sur vous un vêtement pour cacher vos nudités, ainsi que des parures. – Mais le vêtement de la piété voilà qui est meilleur – C’est un des signes (de la puissance) d’Allah. Afin qu’ils se rappellent. } [Al-A’raf 26]

{Un vêtement pour cacher vos nudités} : c’est le vêtement indispensable.

{Ainsi que des parures} : c’est ici le vêtement complémentaire; le vêtement servant à l’embellissement.

Les exégètes ont expliqué :

« Par sa grâce Allah à donner aux enfants d’Adam les vêtements nécessaires (pour se couvrir) ainsi que les vêtements complémentaires par lesquels on recherchait la beauté. Et c’est de même qu’il fit pour toutes les autres choses, comme la nourriture, les boissons, les navires, et autres… Allah a donné l’essentiel mais également le complément ».

Le Tout-Puissant nous a montré que l’exposition de la ‘awrah (partie du corps devant être couverte) et l’apparition de la nuditéest une demande diabolique, que ne peut accepter l’être humain digne :

{O enfants d’Adam! Que le Diable ne vous tente point, comme il a fait sortir du Paradis vos père et mère, leur arrachant leur vêtement pour leur rendre visible leur nudité.[Al-A’raf 27]

Le grand savant Al-Taher Ibn ‘Ashour a rapporté dans son exégèse de ce verset:

« Ceci est un rappel que le vêtement fait partie de la fitra (nature originelle) de l’Homme, et qu’Allah l’a honoré à travers cela depuis son apparition sur la terre.. ».

Il a dit: « Et le fait de nous designer comme « les fils d’Adam » dans ce verset a pour but de nous rappeler que le vêtement est un don d’Allah pour notre genre, par opposition à la folie de la nudité »

L’éthologue André Leroi-Gourhan a déclaré: « Le vêtement est l’instrument de la dignité de l’homme et le symbole de sa fonction humaine »

Et parmi les concepts importants qui ont été confirmés par la religion musulmane on trouve la «préservation de la ‘awrah(l’intimité du corps)».

Mu’awiyah ibn Jaydah a rapporté que le Prophèteﷺ lui a dit: « Préserve ton intimité corporelle sauf devant ta femme ou ton esclave ».

Je demandais : « Et si les gens sont mélangés en un seul endroit? ». 

Il a répondit: « Si tu peux faire en sorte que personne ne la voit, alors fait-le ».

J’ai demandé : « O Messager d’Allah, et si l’un d’entre nous se retrouve seul? »

Il dit: « Allah a d’autant plus le droit à notre pudeur envers lui».

La nudité dans l’Histoire de l’Homme :

L’on pourrait demander:

Quelle est la source de l’information prouvant que les premiers Hommes étaient nus?

Et d’où viennent les représentations d’Hommes nus tirées des fossiles découverts?

La réponse est que l’information tirée de ces recherches est pleine d’artifices et d’erreurs. Certains chercheurs en sciences naturelles se comportent tels des devins qui reçoivent la nouvelle venant du ciel de la part des djinns, avant qu’ils ne lui ajoutent cent mensonges.

Oui, l’Histoire a prouvé que certains des fils d’Adam vivaient en groupes, presque, ou entièrement nus, et cela pour diverses raisons : certains d’entre eux ne connaissaient pas le vêtement alors que d’autres se dénudaient consciemment poussés par leurspassions et leurs désirs.

Un premier exemple est celui des tribus souffrant de pauvreté et d’ignorance; elles n’étaient pas amenées à s’habiller et se couvrir convenablement.

Le second cas concerne les incompréhensions et fausses croyances, comme c’était le cas des arables qui effectuaient les circumambulations autour de la Ka’ba entièrement nus et cela car ils étaient convaincus qu’ils ne pouvaient compléter ce rite avec les vêtements qu’ils portaient en commettant leurs péchés.

Le troisième exemple est la nudité contemporaine, qui découle d’une obsession insensée pour la nudité et les comportements sexuels déviants; poussant ceux qui s’y prêtent à confirmer leurdéviation par la production d’images et de films à caractère pornographique, à fréquenter des clubs et plages nudistes, et entreprendre des relations sexuelles déviantes et des unions comme les mariages homosexuels, etc.

Les exégètes ont expliqué : « La parole du Tout-Puissant {O enfants d’Adam! Nous avons fait descendre sur vous un vêtement} est un verset révélé à un peuple d’Arabes qui faisaient des circumambulations autour de la Ka’ba entièrement nus et voyaient en cela un grand acte d’obéissance et une expiation! ».

Leur mauvaise compréhension se matérialisait de deux façons:

La première  est que les vêtements ont été souillés par les péchéset qu’ils se doivent de s’en débarrasser!

La seconde est qu’en se présentant nus, ils espéraient ne plus avoir de péchés à porter dorénavant!

Allah leur alors dit {Nous avons fait descendre sur vous un vêtement}, donc des habits servant à vous couvrir.

Et si cette philosophie de la nudité existait chez les Arabes anciens, d’autres aujourd’hui louent la nudité au nom de la littérature et de l’art, du dialogue des cultures et des formes deprotestations politiques, etc.

Certains savants historiens ont fait remarquer que parmi les êtreshumains dépourvus de vêtements, on trouvait ceux qui s’étaient écarté des enseignements des prophètes qui les guidaient vers la civilisation et vers un comportement préservant la dignité humaine.

Ceux-ci ont d’ailleurs désobéi à leur prophète dans des choses bien plus importantes que les « vêtements et le fait de se couvrir ». Ils refusèrent « l’unicité du Créateur » et revinrent alors aux pires des comportements; celui de l’adoration des pierres et autres statues et astres célestes. Comment alors ne pas adopter un comportement déviant concernant une chose (l’habillement) qui est de bien moindre importance que l’unicité divine?

Littérature et amour de la nudité :

Le phénomène de nudité et de désir de nudité a, de tout temps, été abordé dans la «littérature», vu que celle-ci a toujours servie à exprimer de beaux concepts à travers les textes les plus recherchés.

Mais la décadence des valeurs a poussé de nombreuses personnes à assimiler la promiscuité sexuelle et la nudité à la beauté et la grâce. À partir de là, le « patrimoine littéraire » se mit à inclure les textes, poèmes ou proses, portant sur l’amourdu corps nu, et à en détailler la description au point d’en faire un objet de culte -à Allah ne plaise.

Chaque peuple a connu son lot de réformateurs qui n’eurent decesse de dénoncer cela –poussés par une éthique religieuse ou simplement un goût littéraire sain- en rejetant ce comportement et ce goût malsains sur lequel il repose.

Cette déviation a été traitée par les savants musulmans sous le nom « d’amour des images ». Ils s’accordèrent sur la nature de ce mal, le reconnaissant comme une affection du cœur nécessitant un long traitement (e.g. « Le Mal et le Remède » d’Ibn Al-Qayyim al-Jawziyya).

Lorsque la pensée « moderniste » contemporaine de la «philosophie physique athée» triompha dans sa lutte contre le «christianisme déformé», cette tendance pathologique dans la littérature fut soutenue, à travers ce que l’on appelait « La littérature de la modernité. »

Divers « chefs d’œuvres » furent alors produits, en faisant du nu un objet de culte et en le présentant comme une chose indispensable à la vie de l’Homme (e.g. l’ouvrage «Allons nous dénuder») de la romancière syrienne Raghida Khoury).

Sociologie de la nudité… l’exemple de Dialmy:

Certaine personnes ayant une passion personnelle pour la nudité ont cherché à utiliser la «sociologie» et la «psychologie» afin de justifier le « comportement et la culture de la nudité ».

Le sociologue marocain Abdessammad Dialmy en est un exemple : il est obsédé par le sexe et le corps des femmes et il aborde ces thèmes en particulier dans ses ouvrages: « Femme et sexualité au Maroc » et « Logement, sexualité et islam ».

Il peut être considéré comme l’un des théoriciens de la doctrine sociologique de l’exhibitionnisme. Selon lui, le sexe fémininn’est pas considéré comme ‘awrah, mais ce serait plutôt certaines religions qui l’auraient caractérisé comme telle!

Il avance que toutes les sociétés ont évolué de la nudité naturelle vers l’habillement, et que le vêtement lourd était une caractéristique des sociétés moyenâgeuses; les sociétés modernes revenant  de nos jours à la nudité relative! Il est bien conscient que ce retour qu’il décrit comme « relatif » est plutôt un changement vers la nudité totale, comme on peut le voir dans les sociétés occidentales ou se multiplient les plages et les espaces publics ouverts à la nudité intégrale.

Certains ont même considéré le nudisme comme une grande victoire -pour l’être humain capable de se voir entièrement dévêtu- en considérant cela comme une symbiose avec la nature et ses éléments ainsi souligné dans le livre « Le nu et le vêtement », écrit par Marc Alain, autre sociologue obsédé par l’écriture du corps et la nudité, auteur du livre « Vivre Nu – Psychosociologie Du Naturisme ».

Il est étonnant de constater le grand intérêt que portent les sociologues laïques au corps… Une obsession telle, que le sociologue Jean-Claude Kaufmann a même écrit un ouvrage s’intitulant: « Corps de femmes, regards d’hommes : sociologie des seins nus »!!! C’est plus qu’étrange que le sein nu ait aussi sa part d’études sociologiques…

Le sociologue Dr. Ahmed Ibrahim Khadr affirme dans son merveilleux livre « Confessions de sociologistes » (p 168):

« Nos chercheurs participent à ces études menées par lesuniversités ou les organismes étrangers en n’étant attiré que par l’appât du gain… Nos chercheurs n’ont pas compris que ces études ne sont rien d’autre qu’une nouvelle forme d’asservissement au profit d’objectifs occidentaux … Leurs arguments afin de soutenir leur participation à ces recherches, sont que les occidentaux obtiennent des résultats et des informations de qualité, car leur travail est publié; et vu que la recherche dans nos pays a besoin de financement, que nos budgets gouvernementaux ne suffisent pas à cela, il est donc normal de développer notre savoir et notreconnaissance (de la société) grâce à leur financement ».

Parmi ceux-là, on trouve le chercheur en sciences sociales Idriss Bensaïd, qui a mené une étude de terrain «Durkheimienne» sur le thème «Le hijab et la jeunesse», financé par le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM).

Choc des civilisations et la mondialisation du vêtementimpudique. La société Marocaine, un exemple:

L’une des exigences de l’occupant européen lors de son invasion récente du monde islamique fut de modifier le style vestimentaire, en lui donnant des attributs plus proches de la nudité et l’impudeur que de sa fonction initiale qui est de couvrir le corps. C’est ainsi que la mode vestimentaire occidentale contemporaine a été mondialisée, dans le moindre de ses détails et de façon complète. Un des exemples de ce mimétisme fut l’obligation qu’a imposée Mustafa Kemal Atatürk de se débarrasser du “tarbouch” turc et le remplacer par le chapeau européen.

Dans ce contexte, le vêtement islamique féminin fut particulièrement ciblé: et l’histoire contemporaine égyptienne nous livre de nombreux témoignages et images illustrant cette occidentalisation du vêtement des femmes musulmanes.

Le professeur Mohamed Ben Ahmed Chemaou a déclaré dans son livre « La société marocaine telle que je l’ai connu durant 50 ans, de l’an 1350 à l’an 1400 de l’Hégire » (page 23), parlant des classes sociales marocaines riche, moyenne et pauvre: «Les femmes portaient le hijab dans ces trois différentes classes sociales».

Le vêtement marocain était, en général, de style conservateur et à d’apparence modeste. [On en trouve de nombreux exemples dans le livre «Le vêtement marocain du début de l’état Mérinide à l’ère Saadi» du Professeur Mohammed Saqr, imprimé par le ministère des awqafs].

Le Dr. Mustapha al-Haya, soulignant l’influence française sur la manière de se vêtir au Maroc, affirme : « Les femmes marocaines furent connues depuis longtemps pour leur tenue authentique et pudique comprenant le jilbab et le niqab.Mais lorsque les colons français se sont retirés, ils ont laissé derrière eux une élite francophone, gérant les affaires de la vie quotidienne. Celle-ci continua alors à être régie selon les normes françaises, ce qui influença le vêtement des femmes marocaines, qui prit résolument un style européen. Le hijab étant une spécificité de la femme musulmane –et donc de la femme marocaine- cette élite minoritaire dans le pays réussit à mettre en avant l’idée selon laquelle l’émancipation des femmes marocaines passe par le retrait du hijab. Certains militants de la gauche marocaine –parmi lesquels Mehdi Ben Barka- allèrent même jusqu’à déclarer que le retrait des femmes marocaines de leur hijab était une forme de protestation contre le colonialisme français!

C’est évidemment un raisonnement erroné, car la résistance à l’Occident ne peut se faire sans se baser sur l’esprit islamique, et sans se référer à nos valeurs; d’autant plus que notre force réside dans notre religion musulmane. L’exemple algérien est révélateur : lors de la célébration du centenaire de l’occupation française de l’Algérie, les colons françaisfurent consternés et frustrés de voir devant eux une masse de femmes algériennes voilées. Ce fut une confirmation que leurs différents plans, même après tant d’années d’occupation, ne pourraient jamais aboutir, tant que la femme musulmane restera attachée à sa religion ».

traduit par: N. R.

 

وسوم :