أنشطة وأخبار

Le film de Nabil Ayouch, une création artistique : Mais pourquoi vous le contestez ?

19/06/2015

Nombre de vues : 637


Kabbadj Hammad

Une question soulevée par certains, en réaction à la vaste campagne menée par un grand nombre de marocains contre le film

D’aucuns, sont allé même jusqu’à qualifier cette campagne de « position extrémiste » qui nuit à la liberté, qui enterre  la créativité artistique et qui ne reflète ainsi, qu’une vive hostilité à l’Art et à son esthétique.

D’autres poursuivent en disant que le film traduit une réalité et se demandent : à quoi bon sert de la dissimuler et d’être hypocrite ?

De ce point de vue, il est nécessaire de retenir une chose : que le concept de l’Art et celui de la créativité peuvent absorber toutes inconvenances et toutes impudeurs, à l’instar de la nudité dans un spectacle, qui je vous le rappelle, est vu par certains comme une expression artistique.

Pour les partisans de la nudité dans l’Art, je dis : Vous devez remettre en cause votre décence et votre virilité.  Et je leur demande par ailleurs, s’ils accepteront de faire pareil avec leurs enfants ?

Quant aux personnes douées d’élégance et de bon sens, ils refuseront catégoriquement ses insanités, et les considéreront par conséquent, comme un outrage à la dignité de l’Homme. Un homme dont le comportement n’a rien de si différent de l’animal. Hormis la reproduction même les animaux sont prédisposés à dissimuler leurs organes génitaux.

Le film de Nabil Ayouch porte incontestablement, atteinte à l’Homme dans sa dignité et ses convenances. Ce qui sert bien d’instrument pour mieux accoutumer le public à l’infidélité et à la prostitution.

Au lieu de s’efforcer pour remédier à ce mal social, et réussir à le limiter. Nous allons plutôt le répandre davantage, et en faire une monnaie courante aux yeux de nos jeunes. Et c’est là que le bât blesse !

Et c’est ainsi que l’Art et la créativité deviennent des armes destructrices des valeurs et des mœurs.

Si l’Art crée le beau et a pour fin la beauté de l’œuvre, ce qui est en principe une chose noble. Il ne doit pas par ailleurs devenir un outil pour nous abêtir et nous accoutumer au ridicule.

La prostitution avec ses grossièretés et ses aspects reste une chose déshonorante et méprisable chez toutes personnes douées de raison et ayant du bon sens. Il n’y a pas point de personne raisonnable qui aimerait voir sa femme, sa fille, sa mère entrain de se prostituer.

Faute d’intérêts économiques et de libertinage des mœurs, toutes les lois et les constitutions auraient aboli la prostitution. Si la prostitution reste toujours légale dans les pays développés, elle demeure vachement contestée et désapprouvée par les sensés de ces mêmes sociétés, à savoir aussi les artistes et les réalisateurs.

L’idéologie qui règne dans les sociétés et les pays occidentaux tolère voire favorise l’infidélité dans le couple ( le fait qu’un homme marié ait une maitresse), bien qu’elle est une chose condamnable dans la loi divine.

Néanmoins, cette même idéologie n’exhorte pas à la prostitution et tente même de la réduire et remédier à ces causes.

En définitif, malgré que le phénomène de la prostitution existe, il ne nous convient pas de l’aborder d’une manière méprisante, dégradante, heurtant la sensibilité et la dignité de la femme, comme l’a ainsi fait Nabil Ayouch.

Cependant, l’Art peut traiter ce sujet et proposer des solutions pour y remédier, sans pour autant le rabaisser à des niveaux déshonorants.

Que Dieu préserve  nos jeunes des débauches et des mauvaises actions ..

وسوم :

Contenu similaire

'