أنشطة وأخبار

L’Aïd Al-Adha : un rituel civilisé

26/08/2017

Nombre de vues : 309


L’Aïd Al-Adha : un rituel civilisé

Hammad Kabbadj
J’ai éprouvé de la pitié en lisant l’article publié par Younes Dafkir, le rédacteur en chef du Journal AlAhdat AlMaghribiya, en constatant qu’il fait de son gagne-pain le dénigrement du rituel d’Al Adha et qu’il use des calomnies orientalistes envers ce rituel; tout en se présentant à ses lecteurs comme un penseur faisant une critique des phénomènes arriérés de la société où il évolue!
S’attaquer de telle sorte à l’Aïd Al-Adha n’est ni justifiable, ni logique.
Au contraire, la logique voudrait qu’il soit considéré comme un phénomène où l’être humain est honoré par son Créateur et un symbole d’obéissance de l’Homme à son Seigneur Généreux.
Les dimensions culturelles et civilisationnelles ainsi que l’honneur Divin qui nous est fait à travers ce rituel sont confirmés par le fait que les gens de tous peuples et de toutes civilisations ont toujours eu recours à l’abattage d’animaux afin de se nourrir et pour combler d’autres besoins.
C’est encore le cas aujourd’hui de tous les pays modernes, où toutes sortes de viande sont disponibles dans les marchés et où les animaux sont abattus à des fins commerciales et alimentaires.
L’abattage rituel dans la Législation Divine et à travers les règles et les bonnes pratiques de l’Aïd Al-Adha est une véritable élévation pour l’Homme. Cela est démontré par ce qui suit:
1- Ses règles ont été établies dans un but précis : une adoration entraînant une rétribution et une récompense d’Allah le Très-Haut. Elle ne se restreint pas à une convoitise d’argent ou une gourmandise.
Allah le Très-Haut a dit : {Accomplis la Salât pour ton Seigneur et sacrifie}
2- Il reste un symbole et un rappel constant de la nécessaire obéissance de l’être humain à son Seigneur et Créateur; notamment à travers l’histoire des deux grands prophètes Ibrahim et Ismaïl –que la paix soit sur eux.
Allah le Très-Haut a dit, après avoir démontré leur obéissance à un ordre difficile à accomplir pour n’importe quel être humain : {Et Nous le rançonnâmes d’une immolation généreuse}
3- La législation islamique requière de mentionner le nom d’Allah avant de procéder à l’immolation afin d’évoquer les bienfaits d’Allah, et afin que cette nourriture fasse partie de ces innombrables bénédictions {Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom d’Allah n’a pas été prononcé}
4- Il a été prescrit d’être miséricordieux envers l’animal et de prendre soin de lui. L’écoulement du sang est une condition afin de considérer l’immolation comme halal; que ce soit le jour de l’Aïd ou en toute autre occasion. Le Messager d’Allah –Paix et Salut soient sur lui- a dit : « Si vous immolez (une bête), faites le de la meilleure des manières. Et que celui qui immole une bête aiguise sa lame et allège au maximum les souffrances de la bête sacrifiée ». (Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim). Il dit aussi : « Si la bête a vu son sang couler (la bête a été immolée) et que le Nom d’Allah a été prononcé durant son sacrifice ; alors tu peux la prendre comme nourriture ». (Rapporté par Mouslim).
Il est reconnu que l’écoulement du sang nécessite de couper la trachée et l’œsophage et que cela a pour conséquence une perte de conscience immédiate de la bête. Le cerveau n’étant plus irrigué, il continue à solliciter du sang et pousse ainsi les artères à déverser le sang hors du corps de la bête. Cet écoulement purifie la bête et la débarrasse du sang qui est un environnement particulièrement favorable au développement microbien nuisible. Le prophète –Paix et Salut soient sur lui- interdit de montrer le couteau à la bête devant être immolée avant d’effectuer le sacrifice. Il dit (à celui qui procédait ainsi) : « Veux-tu la tuer deux fois!? ».
5- Il a également été prescrit au musulman de donner en aumône le tiers de la viande pour les pauvres et les nécessiteux; comme énoncé par le Messager d’Allah –Paix et Salut soient sur lui : « Mangez, donnez en aumône et faites des réserves ». cette règle met en avant l’aspect social du rituel d’Al-Adha.
6- En cas de famine ou de difficulté économique, il a été interdit de faire des réserves de viande suite au sacrifice. Par cette règle, la bête sacrifiée devient un moyen de combattre la pauvreté et la famine; ceux pouvant sacrifier des bêtes mettant à disposition de la viande en quantité pour les plus nécessiteux.
7- Il est également connu que l’Aid Al-Adha crée un véritable accroissement commercial qui bénéficie à une multitude de personnes; bien au-delà des marchands de bétail.
Ces quelques points permettent de mettre en avant le caractère  noble et élevé de cette prescription Divine. Cela démontre également la crise dans la compréhension et l’aliénation profonde dont souffre une partie de nos auteurs qui sont persuadés d’être plus progressistes et civilisés qu’autrui ..!
Traduit par: N. R.