أنشطة وأخبار

De la “nakba” palestinienne à la tragédie du Myanmar … malheur à nous le jour du jugement

13/09/2017

Nombre de vues : 176


De la “nakba” palestinienne à la tragédie du Myanmar … malheur à nous le jour du jugement

Hammad Kabbadj 

Il ne fait aucun doute que notre grand et puissant Seigneur à la capacité de détruire les oppresseurs injustes en un clin d’œil. Sauf qu’Allah à éprouver certains de ses serviteurs par d’autres, qu’il a testé les musulmans dans leur capacité à soutenir leurs frères et leur a ordonné de leur venir en aide et de ne jamais rallier les oppresseurs. Pour juger cela, il décréta le jour du jugement qui durera 50,000 ans. Le Messager d’Allah a dit : « Le musulman est le frère de tout autre musulman; il ne l’opprime pas et ne le livre pas aux oppresseurs ».

L’injustice envers son frère est donc interdite au musulman, comme il lui est interdit de livrer son frère à un oppresseur qui lui ferait du mal.

Il est impensable et inacceptable que cette prescription divine soit ignorée par près d’un milliard 800 millions de musulmans, dotés d’États, d’institutions et de moyens, et que les agressions et souffrances continuent, commençant par la Palestine, l’Afghanistan, la Bosnie, jusqu’à l’Irak et la Syrie plus récemment.

Juqu’aujourdhui, le nombre de réfugiés ayant fui le terrorisme de l’Etat bouddhiste du Myanmar a atteint les 380,000. Les témoins rapportent les horreurs et sévices que l’armée et les civils bouddhistes font subir à la population musulmane.

Pourtant, nous n’avons entendu la voix d’aucun chef de l’État, sauf Erdogan et Widodo, le président Indonésien!

Ainsi que le Roi du Maroc Mohammed 6 qui a envoyé des aides aux réfugiés.

Les peuples musulmans manifestent bien peu!

Les voix des élites et intellectuels restent bien faibles!

Ô Seigneur, soit indulgent envers nous et ne nous punis pas le jour du jugement à cause de ceux qui pouvaient agir mais on choisir de ne rien faire..

Ô Seigneur, guide nous afin d’accomplir les prières et les rappels qui conviennent.. et par cela, affranchi nous de tout mal dans cette cause le jour du jugement, Ô Seigneur de Majesté et de Générosité..